Contactez-nous

Suivez-nous

La ville d'Istres s'engage pour l'environnement

Environnement

Année après année, la ville d’Istres a su se doter d’un cadre de vie enviable et remarquable, privilégiant à la fois la préservation de son patrimoine historique et de ses atouts naturels tout en l’embellissant et le fleurissant.


Ici, la notion de ville durable ne relève pas du discours mais bien d’une volonté sans faille de la municipalité de prendre en compte la protection de l’environnement dans toutes ses dimensions : économie d’énergie, constructions HQE et BBC, transports propres, protection des sols, augmentation de la part des énergies nouvelles…


Les économies d’énergie, les transports propres et la lutte contre les gaz à effet de serre :

Création du réseau public emouv’ d’une trentaine de doubles bornes (IRVE) pour recharger les véhicules électriques dans les différents quartiers et parkings de la ville avec un abonnement au prix modique (15 € par mois pour recharger à volonté son véhicule). Ce service est aujourd’hui placé sous la gestion de la métropole Aix-Marseille-Provence.

• Subvention municipale de 1 500 € pour l’achat d’un véhicule électrique ou de 150 € pour un vélo électrique en plus des primes et aides du Conseil Départemental et de l’État ou des concessionnaires.

• Près de 60% de la flotte des véhicules municipaux est électrique. Un chiffre en constante augmentation.

• Programme de création de pistes cyclables et de parcs à vélo sur proposition de la commission « vélo ».

• Équipement de tout l’éclairage public de la ville et les bâtiments municipaux en ampoules LED basse consommation, faisant d’Istres la ville la mieux équipée d’Europe.

• Location de bateaux solaires électriques sur l’étang de l’Olivier

• Installation de panneaux photovoltaïques sur certains bâtiments publics permettant à la fois la production d’électricité et la prise en charge de l’étanchéité des toitures, qui impose la mise en conformité du Plan Local d’Urbanisme (PLU) pour le déploiement de ce type d’installation. Le projet photovoltaïque comprend également l’implantation prochaine d’ombrières sur certains parkings publics.

• Contrôle permanent de la qualité de l’air et la température dans les crèches et les écoles grâce à des capteurs connectés.

Contrôle et suivi renforcés de la qualité des eaux de baignade sur les plages.

• Permanences d’information en Mairie (à partir de septembre 2019), ouvertes à tout public, sur les techniques de rénovation énergétiques et thermiques de l’habitat et des diverses aides financières possibles.

Depuis 2014, la ville d’Istres a été distinguée par deux nouveaux labels récompensant les efforts des collectivités dans le domaine de l’écologie et de la transition énergétique : trophée des territoires électromobiles et prix énergies citoyennes.


La préservation des espaces naturels et la prévention :

Création d’une brigade bénévole « Comité Communale Feu de Forêt » (CCFF)

Création de trois parcours sportifs de santé « interactifs » urbains et/ou forestiers proposant des exercices physiques à la portée de tous.

Création d’un parc naturel pédagogique (parc de l’Olivier).

• Passage aux produits « zéro phyto » pour tous les espaces publics (espaces verts, écoles, cimetières et terrains de sports) afin d’éliminer l’usage et les effets des pesticides, visant à obtenir prochainement le label « Terre saine ».

Mise en place d’une vaste action de prévention du risque incendie auprès des propriétaires de terrains devant être débroussaillés avec création d’une équipe d’agents formés par l’ONF pour conseiller les personnes concernées (OLD).

• Sensibilisation des petits istréens au tri sélectif et au développement durable tout au long de l’année mais aussi de toute la population avec notamment la manifestation annuelle Istres Propre et Durable (10e édition en mai 2019 avec près de 3500 éco-citoyens et 92m3 de déchets en tous genres ramassés).


• Création du label « événement éco responsable » par lequel la ville et ses partenaires s’engagent a n’utiliser que des produits (verres, assiettes, couverts…) réutilisables ou compostables et à promouvoir le tri sélectif.

• Lutte contre les dépôts sauvages avec Allô travauxet la Métropole.

Lutte contre les espèces exotiques envahissantes (Ecureuil de Pallas, Jussie, Herbe de la Pampa et figuiers de Barbarie).

• Valorisation de notre bel étang de Berre, notamment dans le cadre du GIPREB et du contrat lié au comité d’étang.

• Prévention des fuites d’eau pour préserver la ressource naturelle.

• Reboisement et mise en sécurité des zones touchées par les incendies des étés 2016 et 2017. Valorisation du bois brûlé en plaquettes forestières pour la filière bois énergie.

Mise en place de 20 cendriers urbains pour collecter les mégots, première source de pollution. Les mégots collectés sont valorisés en cimenterie (combustibles).


4 fleurs pour récompenser le cadre de vie de la ville d’Istres

Voilà vingt ans que la ville d’Istres appartient au cercle fermé et envié des villes françaises labellisées « 4 fleurs ». Cette distinction, renouvelée depuis 2014, ne récompense pas seulement le fleurissement mais bien tous les aménagements concourant au cadre de vie des habitants ou encore les efforts dans le domaine de l’entretien et la protection des espaces naturels et la démarche écologique globale de la ville : gestion de l’eau, préservation des espèces méditerranéennes, utilisation d’engrais naturels, économie d’énergie… tout est passé au crible par un jury d’experts.

En 2019, la commune d’Istres a été reconnue « Territoire Engagé pour la Nature », elle a obtenu une libellule dans le cadre du label « Ville Nature ».

Des points d’apport volontaires dans toute la ville

On compte à Istres 190 Points d’Apport Volontaires (PAV) pour le verre et 133 pour les emballages ménagers et le papier (EMR/JRM). En 2018, 15kg de verre/habitant y ont été collectés et 19,3 kg/habitant pour les emballages recyclables (chiffre 2017).

Un golf pour réhabiliter le site pollué de Rassuen
> vidéos : : "Un golf pour réhabiliter le site pollué de l'usine de Rassuen + Interviews

Depuis la fermeture de l’usine d’engrais de Rassuen à la fin des années quatre-vingts, la municipalité est confrontée à ce qu’on appelle une friche industrielle : un bâtiment en ruine et un terrain de 15 hectares pollué par des métaux lourds (arsenic, plomb, mercure…) donc un site dangereux qui est interdit au public pour des raisons de sécurité.
Envisagée dans un premier temps, la dépollution du site a été évaluée à plusieurs dizaines de millions d’euros, impossibles à financer par l’argent public. Considérant l’intérêt des espaces naturels situés à proximité, qu’il convient aussi de préserver, comme la présence d’eau nécessaire à l’arrosage grâce à la station d’épuration, la municipalité a eu l’idée de profiter de ces atouts pour impulser la création d’un golf adossé à un quartier

écologique. Le futur golf ne coûtera rien à la commune qui en récupérera la propriété et profitera des retombées positives sur son image. En effet, c’est la société fondée par le plus grand champion de golf de tous les temps, l’américain Jack Nicklaus qui a dessiné le

golf. Une signature garantissant sa future renommée au plan mondial. Ainsi la commune aura résolu son problème de pollution, protégera durablement la faune et la flore du secteur et disposera d’un nouvel équipement sportif prévoyant des créneaux pour les enfants ainsi que des espaces de promenade accessibles à tous… sans débourser un euro d’argent public.

La réhabilitation de la friche industrielle de Rassuen à Istres a elle été confiée à un trio composé des architectes de renom : Jean Nouvel, Rudy Ricciotti et François Fontès, rassemblés par l’aménageur GGL groupe, qui concevra l’éco-quartier et l’hôtel adossés au futur  « Golf international de Provence ».