Contactez-nous

Suivez-nous

Exposition virtuelle l'écheveau de la nuit

Michel Mirabel – Photographe auteur

Guy Lesoeurs – Collagiste


Guy Lesœurs et Michel Mirabel ont mis en commun leurs œuvres dans un même ouvrage autour du thème du rêve.

Les deux auteurs/artistes pratiquent le jeu d’images mixées en miroir pour provoquer le vertige des mirages inconscients. Dans l’ hybridation des contraires, par les chevauchements d’ affiches lacérées, de photos anciennes détournées, de tags et d’images cueillis au fil des rues, le regard se perd et se raccroche in extremis, au fort intérieur.

Le choix de l’écriture du rêve à partir de l’image, de son contexte supposé et de l’interprétation ouvre la porte à l’infinité de sens.

Les photographies et les montages photographiques de Michel Mirabel tout comme les collages de Guy Lesœurs (alias GLartis) sont des assemblages de scènes comme le travail du rêve peut les réaliser au cours du sommeil ou dans la rêverie.

VISITE EN VIDÉO

CONFERENCES

Guy Lesœurs : " L'inconscient, le rêveur et le psychanalyste"

Guy Lesœurs : "L'attrape rêve et les cauchemars"

LES GALERIES PHOTOS

La galerie de l'expo in situ

La galerie de MICHEL MIRABEL - Auteur photographe

Membre de Fos Provence Photographie, de l’ACAPP d’Istres et du Cercle des Artistes de la vallée des Baux. Formé aux techniques du « zone system », de l’argentique et du numérique, il a édité des livres photographique sur la Sorgue, « L’ Écheveau de la nuit » en collaboration avec le psychiatre et collagiste Guy Lesoeurs, ainsi que la série « Miragraphie » avec le poète Jo Ros.

Son travail prend place dans des collections publiques ou privées.

De nombreuses expositions en particulier au centre d’Art Contemporain de Grignan, « Paysages de lumière » et « Miragraphie » à la Galerie des Molières et à L’Espace 233, Chapelle Saint Sulpice à Istres, Saint Rémy de Provence, Baux de Provence, Espace Van Gogh et Boulevard des Lices à Arles, Galerie d’ Art de MacArthurGlen Provence….

Il participe au Festival Voies Off d’ Arles, aux Salons d’ Art de Carry le Rouet, aux Féria de l’ Art, Rencontres Clic’ Art à Istres et au projet « Echo » en partenariat avec l’artothèque de Miramas.

Toujours à la recherche du plaisir de déclencher, de sentir cet instant magique, cette fraction de seconde où l’on sait que l’on vient de capturer un reflet de la réalité ou une part de la projection de son inconscient.

Démarche artistique généraliste

Ecrire par la lumière, fondement même de la photographie.

Sa démarche est calme et réfléchie dans ses paysages, souvent minimalistes, tout en douceur et velouté avec sa technique très personnelle de mise en valeur qu'il réalise lui même sur ses tirages coton ou bien dans l'instant et l'instinct dans des séries sur l'humain.

Les recherches de Michel Mirabel conduisent son travail de photographe à questionner, in situ, l’univers des peintures murales, tags et graffs des rues en lui donnant une nouvelle dimension au travers de ses Miragraphies ©

Les juxtapositions, surexpositions, les tons diaprés et les camaïeux, les noirs et blancs intenses subliment les clichés de l’artiste qui résonnent au plus profond de soi. Ses « Miragraphies », maintes fois reflets de la société marginale, re-présentent des messages bruts capturés, décryptés et sortis de leur contexte afin de repeupler un autre réel toujours à interpréter

Site : https://michelmirabel.wordpress.com/


La galerie de GUY LESOEURS alias GLARTIS - Artiste Collagiste, psychanalyste et écrivain

L’art de déchirer le monde pour ne pas en subir ses figures imposées

Glartis, 73 ans, collagiste autodidacte, a exposé de 2000 à 2006 à l’Ile de la Jatte à Neuilly au Salon des Beaux Arts de Roche, puis dans diverses expositions régionales (Le Paradou, Maussane-les-Alpilles, Arles, Les Baux de Provence, Eygalières). Quelques unes de ses oeuvres dont « Gitans au clair de lune », «  La corrida » sont passées en salle des ventes et d’autres sont dans des collections particulières. GLartis a suivi les ateliers du plasticien Joseph Alessandri d’Eygalières. Suivant l’exemple des maîtres collagistes (Ernst, Braque, Rauschnenberg, Monestier, Reysset, Erro), Glartis pratique l’art modeste du collage en lien constant avec l’inconscient. L’artiste est un re-créateur qui par déplacement, condensation emprunte au rêve et à la psychanalyse sa sémantique. De latent, le voyage intérieur se manifeste, le fantasme éclate et la pulsion se déroule libérant l’énergie fossile. La formation en psychologie et en psychanalyse de Glartis n’est sans doute pas étrangère à ce choix de création et d’expression.

Les morceaux de rêve, de jour et de nuit, la parole entendue, les regards, d’incongrus deviennent passeurs de sens. (« La femme mille têtes », collage sur bois).

Glartis déchire, découpe, assemble et colle depuis une trentaine d’années. Ses collages sont surréalistes, cubistes, voire même « biologiques », à savoir des images d’organes qui deviennent planètes, des neurones, constellations. Superpositions ou chevauchements, ses compositions interpellent, souvent inspirées par le « Street Art ». (« Sauve qui peut », Dali, collage sur carton)

la série « New York destroy » présentée dans l’exposition à la chapelle Saint-Sulpice est emblématique de son inspiration : GLartis représente à l’aide de serviettes en papier imprimées déstructurées des scénario-catastrophe par tremblement de terre ou tsunami détruisant New York.

Les œuvres de GLartis mettent en scène la fuite du temps, les cataclysmes et le regard. Les affiches lacérées, arrachées, délavées et recomposées constituent aussi sa matière de prédilection dans la ligne de Jacques Villeglé.


Contact : www.glartis.com

.

A DECOUVRIR

A partir du 10 mars
Ainsi que sur :
@chapellesaintsulpice 
@villedistres 

Contacts :

Chapelle au 04 13 29 50 83 et pôle municipal des arts visuels au 06 33 41 44 61